07/10/2013

Vous respirez quel air ?



Contamination particulaire de l’air

L’air extérieur contient des particules inertes de nature minérale ou organique, dont l’origine est liée au fonctionnement des écosystèmes et aux activités de l’homme : il convient d’en tenir compte dans la mise en œuvre des installations.
Concentration en particules pour ville moyenne  : 0,1 mg/m3
A l’intérieur des locaux, la quantité de particules dans l’air est fortement augmentée du fait de la production liée à diverses installations, au re-largage par les textiles et matériaux, et du fait de l’émission par l’homme en fonction de son activité.
Chaque individu dissémine dans l’environnement, dans l’air, un nombre de particules donnant naissance à une colonie (pnc) variable de 1 000 à 10 000 / mn.

Contamination microbienne de l’air
L’air extérieur contient des particules vivantes, en particulier des levures, moisissures et bactéries, ainsi que de nombreux pollens, en quantité variable selon les saisons, les vents, et les activités agricoles.
Moisissures  : quelques centaines / m3 d’air
Bactéries :       200    à    1 500        / m3  d’air
A l’intérieur des locaux, l’homme est le principal producteur de microorganismes : des valeurs de contamination extrêmement élevées sont observées dans des espaces clos, mal ventilés et accueillant un nombre élevé de personnes, même calmes.
Plus l’activité s’accroît, plus l’aérobiocontamination augmente, ce phénomène pouvant être plus ou moins masqué par l’importance de la ventilation et du renouvellement de l’air. 

La règlementation s'adapte en fonction des typologies d'établissements 
ERP, Santé, Tetiaire, Industriels .....

Aucun commentaire:

Publier un commentaire