14/10/2013

LES PRÉLÈVEMENTS RÉPONSE IMMÉDIATE ET RECHERCHE SUR LE LONG TERME



Les gaines d’aération ont longtemps été le «parent pauvre» de la construction. On y trouve ainsi une multitude de gravats, poussières, ou autres éléments plus insolites.
Nous passons en moyenne 20 heures sur 24 en milieu fermé: l’air que nous respirons passe presque exclusivement par les gaines d’aération.
Un bâtiment peut contenir des bactéries, des virus, des moisissures, des champignons, des acariens, ou des composés organiques volatiles (COV). Tous ces polluants dégradent la qualité de l’air et dont les effets nocifs sur la santé sont avérés : maux de tête, fatigue, irritation du nez, de la peau ou des poumons, asthme et autres problèmes respiratoires, etc...
Nous faisons appel à nos partenaires universitaires et privés pour analyser les prélèvements que nous effectuons. L’expérience acquise et l’ensemble des études réalisées auprès d’experts reconnus nous permet d’apporter une réponse préventive à la pollution de l’air intérieur réponse à l’enjeu de santé publique et à la législation actuelle et à venir.

Professeur en Microbiologie Industrielle, Environnement & Hygiène, Attachée des Hôpitaux et des Facultés de Pharmacie de Toulouse, vice présidente de la Fondation pour le développement et la recherche pharmaceutique (FONDEREPHAR).

« La collaboration avec Kel’air s’effectue de longue date dans le cadre de la FONDERE-PHAR. Les analyses microbiologiques de l’air et des surfaces nous fournissent un apport à la fois scientifique et technique. Grâce à la diversité des lieux d’intervention de Kel-air 

- Le tertiaire, l’industrie ou les hôpitaux par exemple
 
Nous accumulons des connaissances sur les micro Organismes isolés de ces sites, dont nous effectuons un suivi sur le long terme. Ces connaissances sont à la fois qualitatives (espèces microbiennes rencontrées) et quantitatives (taux de micro - Organismes). Sur le plan technique, cette collaboration nous a amenés à enrichir nos connaissances en terme d’identification des moisissures environnementales, identification essentiellement basée sur l’étude morphologique en microscopie optique






Aucun commentaire:

Publier un commentaire